Sommeil + léger chez les seniors

Avec le vieillissement, on dort moins bien, pour différentes raisons. Le bruit, la température... sont des facteurs qu'il faut maîtriser pour bien dormir.

La sieste est un bon moyen de lutter contre l'endormissement et cela va compenser une durée du sommeil nocturne diminuée.

C'est plus ou moins marqué selon les individus et c'est en grande partie dû à des modifications du système de régulation de nos horloges internes.

Exercices physiques et lumière

La lumière fournit un signal pour caler nos rythmes de sommeil sur l’horaire social et nous aider à dormir la nuit.

Essayer de sortir prendre l'air et le soleil pour dormir mieux la nuit.

Une personne âgée qui sort peu, voire qui est alitée, aura un sommeil plus fractionné et plus léger.

L’horloge biologique

Elle devient plus matinale. Chez certains cette tendance est exagérée, l’endormissement survient très tôt le soir et le réveil se produit également très tôt.

Tentez de vous recaler progressivement en retardant votre heure de coucher, ce qui décalera naturellement celle du réveil…

La lumière forte le soir peut vous être utile pour combattre le sommeil.

L’insomnie

C'est un mauvais sommeil nocturne qui se manifeste par des difficultés d’endormissement, de mal dormir ou une sensation de sommeil non réparateur. Elle se traduit souvent par une baisse de la vigilance, des difficultés de concentration, une fatigue ou une irritabilité constante.

Le ronflement et les apnées du sommeil sont également des causes d'insomnies qui se soignent assez bien.

Pour favoriser un bon sommeil :

• Maintenir des activités régulières : Lever à des horaires réguliers ; Activité physique ou mobilisation dès le matin; Repas à des heures régulières.
• S’exposer à la lumière : Lumière naturelle le matin ; Sorties à l’extérieur dans la journée si possible.
• Une chambre tempérée (< 18 °c), lit confortable réservé au sommeil.
• Des repas légers en soirée, mais contenant des sucres lents.
• Excitants à éviter : café, thé, chocolat, alcool…
• Médicaments à réévaluer, certains peuvent induire des troubles du sommeil.

Hypnotiques et somnifères

Ils n'ont souvent aucun effet sur le sommeil ou l'insomnie et provoquent des chutes et des malaises à cause du manque de vigilance car "vous êtes dans le cirage".